SAISIR L'INTIME DE L'HISTOIRE : L'oeuvre documentaire de Chantal Akerman

Conférence / Master classe

BIBLIOTHÈQUE MÉRIADECK

85 cours du Maréchal Juin , 33075 BORDEAUX

Gratuit

En savoir plus

Contact

festival@troisiemeporteagauche.com

Conférence

d’Olga Kobryn, enseignante en études cinématographiques et audiovisuelles, spécialiste des formes filmiques expérimentales, chercheuse associée à l’Institut de recherche sur le cinéma et l’audiovisuel (IRCAV, Sorbonne Nouvelle), directrice du département « Langues, culture et communication » à l’ENSTA Paris – Institut polytechnique de Paris.

Ma théorie à propos de l’émergence des formes de journaux dans l’art, dans tous les arts, après la Seconde Guerre mondiale, est que nous en avions tous assez des histoires inventées. Les réalités infâmes de 1933-1944 ont détruit toutes nos histoires ou, selon Adorno, la poésie. En tout cas, ce que nous pouvions essayer de faire était retourner à la vie réelle, regarder autour de nous, essayer de comprendre ce qui se passait, ce qui était réel dans notre propre histoire[1], Jonas Mekas.

Cette conférence propose une réflexion sur les courants et les définitions des cinémas documentaires « engagés » à partir de la question du geste cinématographique d’intervention sur le réel : les théories du montage, du plan-séquence, de la durée. De quelle manière la technique et l’esthétique incorporent des discours idéologiques et politiques et les produisent de l’intérieur même de l’organisation des formes filmiques visuelles et sonores ? Une brève analyse historicisée des écritures visuelles marquantes du documentaire engagé (Vertov, Rouch, Marker, Wiseman, en passant par le cinéma expérimental nord-américain) nous permettra de réfléchir aussi bien sur des filiations esthétiques de l’œuvre de Chantal Akerman que sur l’originalité de son langage cinématographique.

Le volet documentaire de l’œuvre d’Akerman se compose de deux lignes directrices sensibles conjointes : un travail sur la préservation de l’intimité du réel saisi, associé à une rhétorique politique qui reflète un engagement profondément éthique de la cinéaste – une volonté de documenter, par le biais d’une approche esthétique originale, un ensemble d’enjeux et de moments traumatiques de l’histoire du XXème et du XXIème siècle à partir des questions de l’exil et de la migration en tant que condition humaine contemporaine. A travers les films News from Home (1977), Histoires d’Amérique (1989), D’Est (1993), De l’autre côté (2002), Akerman construit un discours autour de la notion d’origine, dans son sens aussi bien historique que métaphysique, culturelle qu’intime.

(Olga Kobryn)

 

[1] Jonas Mekas, « Juste comme une ombre… », entretien avec Jonas Mekas par Jérôme Sans (2000), in Jérôme Sans, Morgan Boëdec, Léa Gauthier (dir.), Entretiens avec Jonas Mekas, Les Cahiers de Paris Expérimental, 2006, p. 20.

  • Histoire
  • Intime

Organisé par

La Troisième porte à gauche (BORDEAUX, Nouvelle-Aquitaine), Bibliothèque Mériadeck (BORDEAUX, Nouvelle-Aquitaine)

Partenaire

Bibliothèque Mériadeck, DAAC du rectorat de Bordeaux, ALCA Nouvelle-Aquitaine, Utopia Bordeaux, La Machine à Lire