Les chants de la Maladrerie, Renée Gailhoustet et le projet d'Ivry, Promen...

Projection

ANNULÉ

En présence de Christian Merlhiot

Cette séance est accompagnée

Débat à l'issue de la projection, en présence de Christian Merlhiot, cinéaste, et de Jeanne Gailhoustet, directrice de l'Ecole Nationale Supérieure d'Art de Limoges

SALLE LATREILLE

Impasse Latreille , 19000 TULLE

Gratuit

En savoir plus

Informations complémentaires

Titre de la séance : "La politesse des maisons"

Contact

Peuple et Culture : 05 55 26 32 25

Année : 2017

Durée : 26

Pays de production : France

Production : Films de Force majeure Périscope

Avec Les Chants de Maladrerie, Flavie Pinatel fait le portrait d’une cité aux formes étonnantes (La Maladrerie d’Aubervilliers) et de ses habitant(e)s. Un documentaire d’un genre particulier, puisque les personnes s’y expriment non pas en parlant mais à travers des chansons. En filigrane, le film dresse un état des lieux poétique du vivre-ensemble en France en 2016.

Année : 2008

Durée : 22

Pays de production : France

Production : Granbuge

Anne Rizzo fait retour sur le projet de rénovation du centre ville d'Ivry sur Seine (1960-1990) avec Renée Gailhoustet architecte et chef du projet. Retrouver le plaisir d'habiter dans la ville grâce à un autre modèle que celui des grands ensembles : des logements et des volumes tous différents les uns des autres, des terrasses qui peuvent être plantées, de la lumière, tels sont quelques principes de réalisation d'habitat social de l'architecte Renée Gailhoustet qui viennent de connaître un regain d'interêt  avec le confinement.

Année : 1988

Durée : 11

Pays de production : France

Production : production indépendante

Le film retrace le parcours d'un promeneur à travers les bâtiments construits par Renée Gailhoustet. A plusieurs reprises, le regard du promeneur s'attarde et retrouve les thèmes dominants de cette architecture : ambiguités dedans dehors, passages de lumière, chemins traboules, émergences des volumes.

  • Architecture, urbanisme

Organisé par