Une visite au Louvre

Projection

Cette séance est accompagnée

Rencontre avec Vincent Deville, Maître de conférences en histoire et esthétique du cinéma à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3.

BIBLIOTHÈQUE CARRÉ D'ART

Place de la Maison Carrée , 30000 NÎMES

Gratuit

En savoir plus

Informations complémentaires

EN ECHO

Jeudi 18/11

18h30

Agora plateau Adultes – Carré d’art

 

Lecture-rencontre autour de Brûler le Louvre avec l’auteur Didier Goupil et la compagnie Autres mots 

Didier Goupil, dans ce livre, se fait galeriste. Il accroche à ses cimaises neuf nouvelles. Ou plutôt, comme il le dirait lui-même, neuf impromptus.

Impromptus ? Non pas que ses textes débarquent à l’improviste et soient sans préparation, au contraire ! Ils ont été l’objet de soins délicats, longuement peaufinés, tout en préservant leur candeur : du grand art ! Mais impromptus pour ce qu’ils ont d’inattendu et de léger – de cette légèreté qui confine à l’essentiel.

(Chronique par Jean-François Mézil le 3 octobre 2019 dans La Une CED, Les Chroniques, Les Livres)

Contact

Dominique Rousselet : dominique.rousselet@ville-nimes.fr

Année : 2003

Durée : 48

Pays de production : France

Production : Atopic

Le film est une promenade dans les allées du Louvre sur un texte du poète et critique d'art Joachim Gasquet rapportant des propos entre lui et Cézanne. Parcourant le musée, Cézanne livre à Joachim Gasquet sa vision de la peinture à travers son regard sur les tableaux, des primitifs italiens à Courbet. Le choix de Julie Koltaï pour sa voix est tout à fait remarquable.

« Rarement un film aussi court (48 minutes) et aussi simple d’apparence (une sculpture et quatorze tableaux filmés frontalement, fixement, entièrement, avec un commentaire off) aura déclenché des ondes de choc d’aussi longues portées. Tant par son paradoxe (un film où la part des cinéastes semble congrue puisque l’on compte trois plans « de cinéma » seulement, mais qui apparaît comme l’un de leurs plus personnels sinon le plus intime) que par le foisonnement de sa matière qui ne cesse de développer des niveaux ou des chemins d’une projection à l’autre, voire tout simplement dès lors qu’on y réfléchit quelque peu ». François Albera in Décadrage n°3, 2004

Organisé par

BIBLIOTHÈQUE CARRÉ D'ART (NÎMES, Occitanie)

Partenaire

Le Sémaphore ; musée d'art contemporain du Carré d'art ; association Anima ; Occitanie films.