The Nightwalk, Rêve de Gotokuji par un premier mai sans lune

Projection

Cette séance est accompagnée

Lutter confinés 

Dans le confinement forcé, quel manifeste pour porter nos mots ? Entre les images d'un Japon enflammé et celles d'une France immobilisée, se révèle l'universalité des luttes et la mesure de leur invisibilisation.

Chromatique

51 Rue Saint-Michel,, 69007 Lyon

Payant

En savoir plus

Tarif

Entrée libre à partir de 3€

Contact

06 63 81 83 16

Musique originale : Enrico Ascoli, Katia Houle

Année : 2020

Durée : 15

Pays de production : France, Italie

Production : Films Grand Huit

Jarvis vient de déménager à Shanghai quand il est soudainement confiné dans son appartement encore vide. Seul, il plonge dans des pensées très sombres et un état de profonde anxiété. La seule façon d'échapper à ses cauchemars est de traverser la ville déserte pour rejoindre la maison d'un ami.

Année : 2020

Durée : 46

Pays de production : France

Production : Natacha Thiéry

"Pour la première fois depuis 80 ans, le 1er mai 2020, partout dans le monde, est célébré dans l’enfermement. Fin avril 2020, quelque part dans Paris, j’adresse une lettre cinématographique à un ami japonais vivant à Tokyo : les deux capitales sont en état d’urgence sanitaire liée au virus Covid-19. À l’approche du 1er mai 2020, le souvenir du 1er mai 2018 à Tokyo m’est revenu en rêve. Je restitue ce que je perçois de Paris confiné, dont les habitants sont surveillés de jour et de nuit, et retrouve les sensations de Tokyo en 2018, lors du cinquantenaire du 1er mai 1968, entre défilé et temple de Gotokuji, jusqu’à une rencontre inoubliable, un cadeau du hasard.
Les luttes aussi sont contagieuses et universelles. Et rien ne peut empêcher nos rêves d’une société plus juste."

  • Politique
  • Société