19e ÉDITION NOVEMBRE 2018Organisé par
Images en bibliothèques

Partager Partager par email Logo Facebook Logo Twitter Logo Google+ YouTube

Mon histoire n'est pas encore écrite

Un film réalisé par Jacqueline Gozland

Production : Les Films de la passion
France, 2017
76 minutes, VOST

Tandis que ma mère et moi fuyons Constantine déchirée, pour une terre inconnue et hostile, devenant des pieds noirs, la Cinémathèque d’Alger voulue par Mahieddine Moussaoui, figure de l’indépendance algérienne et instigateur de sa politique culturelle, dirigée par Ahmed Hocine et animée par Jean-Michel Arnold, fils spirituel d’Henri Langlois, voit le jour le 23 janvier 1965.
Alger toute entière se précipite pour voir des films et rencontrer Von Sternberg, Losey, Godard, Nicholas Ray, Chabrol, Visconti, Chahine, Herzog, Sembene Ousmane, Mustapha Alassane, Med Hondo et bien d’autres.
Jean-Michel Arnold quitte Alger en 1970 après le Festival panafricain. Boudjemâa Karèche poursuit ce travail de transmission et de conservation des cinématographies arabes et africaines jusqu’en 2004. Taya ya didou de Zinet, Le Charbonnier de Mohamed Bouamari annoncent l’arrivée d’une esthétique exigeante du cinéma algérien naissant, après La Nuit a peur du soleil de Mustapha Badie.

Autres projections de ce film