19e ÉDITION NOVEMBRE 2018Organisé par
Images en bibliothèques

Mon beau sourire d’Angèle Diabang-Brene
Partager Partager par email Logo Facebook Logo Twitter Logo Google+ YouTube

Doc en cour(t)s

Cinq films libres de droits en partenariat avec le CNDP-CRDP et Doc en courts.

La collection "Cour(t)s de cinéma" vous propose, en intégralité dans le DVD Doc en cour(t)s, cinq courts métrages documentaire.

Ce corpus témoigne de la vitalité du cinéma documentaire dans la création contemporaine. Autour de ces films vous découvrirez des parcours pédagogiques variés : l’implication du cinéaste, le montage, l’archive, les modes opératoires, reportage et documentaire. La Parole des cinéastes, des enseignants, des chercheurs et des élèves vous permettra également de construire votre propre scénario pédagogique. Un dossier interactif enrichit et complète le DVD (textes, compléments documentaires, photogrammes, médiagraphie,...) Plus de trois heures de ressources pour faciliter l’exploitation de ces cinq films. Niveau : second dégré (lycée)
Sur la plage de Belfast d’Henri-François Imbert
Sur la plage de Belfast d’Henri-François Imbert

Sur la plage de Belfast

d’Henri-François Imbert

1996 / France / 39’ / Pretty Pictures, France 2, Planète...
Par un jeu de hasards, le réalisateur s’est trouvé en possession d’un film Super 8, resté inachevé dans une caméra offerte par son amie de retour d’un voyage à Belfast. Le film montre une famille inconnue s’amusant au bord d’une plage. Grâce à une expertise des laboratoires Kodak, il découvre qu’il date d’une douzaine d’années et décide de se rendre en Irlande du Nord pour retrouver ces gens et leur rendre le film.
Irinka et Sandrinka de Sandrine Stoyanov

Irinka et Sandrinka

de Sandrine Stoianov

2007 / France / 17’ / Je suis bien content

Sandrine et Irène, deux femmes d’origine russe, qui se connaissent à peine malgré leurs liens familiaux et qu’un demi-siècle sépare, échangent leurs souvenirs devant une tasse de thé et des liasses de photos anciennes. Sandrine, jeune fille fantasque à qui, quand elle était petite, on disait qu’elle aurait pu être une princesse russe, que de surcroît elle en avait le physique et le caractère, a grandi en passant son temps à recomposer dans ses jeux d’enfant le monde d’une Russie de conte de fées, à se réfugier dans un passé imaginaire afin de s’évader d’une situation familiale morcelée dans laquelle elle n’arrivait pas à trouver ses repères. Aujourd’hui, toujours en quête de ses racines, elle interroge sa tante Irène sur son enfance. Celle-ci issue de la noblesse russe, a vécu sur place la chute du régime, un quotidien douloureux, marqué par l’absence d’un père exilé et le décès prématuré de sa mère, avant de pouvoir quitter sa famille d’adoption, qui ne l’aimait pas, et enfin rejoindre son père en France. Tandis que la vieille femme se confie et parle de son père, le grand-père de Sandrine, cette dernière part à nouveau dans les rêveries éveillées que lui évoquent les paroles de son aînée, et nous fait apparaître les personnages d’Irinka et de Sandrinka, projections imaginaires des fillettes qu’elles ont pu être.

Irinka et Sandrinka from sandrine stoianov on Vimeo.

200 000 Fantômes de Jean-Gabriel Périot

200 000 Fantômes - Nijuman no Borei

de Jean-Gabriel Périot

2007 / France / 10’ / Avis de tempête productions
Hiroshima, 1914-2007. Une méditation expérimentale autour du A-Bomb Dome, symbole de la destruction d’Hiroshima par la bombe atomique en 1945. Le A-Bomb Dome est le nom d’un ancien centre d’affaires japonais devenu le symbole de la destruction de la ville d’Hiroshima par la bombe atomique américaine en 1945. Construit en 1915, c’est le seul bâtiment à être resté debout dans l’entourage immédiat du lieu de l’explosion. Le A-Bomb Dome n’a jamais été restauré ; demeuré tel qu’au jour du bombardement, il est très vite devenu le monument souvenir des centaines de milliers de morts du 6 août 1945.
L’usine s’engage de Jacques Mitsch

L’usine s’engage

de Jacques Mitsch

2002 / France / 4’ / Canal +, K Production

Le 21 septembre 2001, l’usine AZF de Toulouse explose. 31 morts et plus de 2 500 blessés.

Visionner le film ici

Mon beau sourire d’Angèle Diabang-Brene

Mon beau sourire

d’Angèle Diabang-Brene

2005 /Sénégal / 5’ / Karoninka
Le tatouage de la gencive est une coutume très répandue en Afrique de l’Ouest. Autrefois, les femmes n’exprimaient aucune douleur pendant la cérémonie pour ne pas déshonorer leur famille. Aujourd’hui encore, ce rite de séduction est perpétué mais toutefois sans les danses et les chants d’antan. Ce court métrage nous expose cette tradition méconnue qui nous dévoile une nouvelle facette de la culture africaine.