19e ÉDITION NOVEMBRE 2018Organisé par
Images en bibliothèques

Emile Aillaud, un rêve et des hommes de Sonia Cantalapiedra
Partager Partager par email Logo Facebook Logo Twitter Logo Google+ YouTube

Habiter l’architecture

Les sentiers de l’architecture

En partenariat avec la Direction générale des patrimoines du ministère de la culture

Dans les films proposés, il s’agit de regarder l’architecture de la seconde moitié du XXe siècle sous l’angle de ses habitants qui mesurent au quotidien sa valeur d’usage et ses qualités avec sensibilité et pragmatisme. La sélection des films construit un récit qui va de l’espérance d’un monde meilleur au sortir de la seconde guerre mondiale à la transformation des architectures conçues pendant les années de la croissance économique.
Cette sélection a été réalisée par Richard Klein, historien de l’architecture.

À écouter

Présentation du cycle par Richard Klein lors des Ateliers du Mois du doc 2018.



Les films :

Bourtzwiller 420, détruire disent-ils de Zouhair Chebbale
Bourtzwiller 420, détruite disent-ils de Zouhair Chebbale

Bourtzwiller 420, détruire disent-ils

de Zouhair Chebbale

2007 / France / 52’ / Bix Films, France Ô...
Connue comme une banlieue difficile de Mulhouse, l’histoire du quartier de Bourtzwiller remonte à une cinquantaine d’année quand cet alors village alsacien a été rattaché à Mulhouse. Depuis, son architecture et son urbanisme ont été modifiés par l’implantation de très nombreux logements sociaux. Un grand programme de transformation est aujourd’hui à l’oeuvre : réhabilitation, démolition et reconstruction. Les premières tours commencent à être vidées et 420 logements seront détruits d’ici à 2007. Les habitants sont les premiers bouleversés par cette transformation, avec des sentiments multiples : cassure, espérance, révolte, soulagement… parmi lesquels le souvenir tient une place prépondérante.

Emile Aillaud, un rêve et des hommes de Sonia Cantalapiedra
Emile Aillaud, un rêve et des hommes de de Sonia Cantalapiedra

Emile Aillaud, un rêve et des hommes

de Sonia Cantalapiedra

2010 / France / 58’ / Les Films d’un jour, Télessone
6 millions de logements construits en France de 1953 à 1973 selon les normes d’un habitat de masse où convergent rêves et contingences économiques, pour répondre au mal logement qui gangrène les 30 glorieuses. Dès les années 60, la critique des grands ensembles s’amorce. Un homme en renouvelle le visage : Émile Aillaud. Ses cités emblématiques ne cessent de confirmer l’insubordination de cet architecte solitaire. Quels cheminements l’ont conduit à cette écriture architecturale singulière ? Sa parole s’articule avec celles des habitants des Courtillières de Pantin et de La Grande Borne de Grigny. Deux cités en cours de transformation.

Habitations Légèrement Modifiées de Guillaume Meigneux
Habitations Légèrement Modifiées de Guillaume Meigneux

Habitations Légèrement Modifiées

de Guillaume Meigneux

2013/ / France / 76’ / Cellulo Prod, INterland
"Ils vont mettre un ascenseur dans ma cuisine, vous imaginez ? Un ascenseur ? Ils sont fous !" témoigne Mme C., 95 ans, à quelques semaines du début des travaux. Saluée depuis par la critique internationale, la rénovation de la tour Bois-le-Prêtre par les architectes Druot, Lacaton et Vassal a la particularité d’avoir été réalisée en site habité. Le film part à la rencontre de ses habitants et les suit tout au long des trois années de chantier. Par la lente mutation de ces espaces chargés d’histoires, c’est l’attachement que nous entretenons tous avec nos intérieurs qui est rendu visible.
Habitats spécifiques de Michel Le Bayon
Habitats spécifiques de Michel Le Bayon

Habitats spécifiques

de Michel Le Bayon

2000 / France / 26’ / Lieurac productions, La Cinquième
Logements individuels ou collectifs pour les personnes les plus démunies, foyers d’hébergement et de réinsertion, ateliers d’artistes, résidences universitaires, résidences pour personnes âgées, autant d’"habitats spécifiques" pour lesquels il est nécessaire de concevoir de nouveaux dispositifs spatiaux, favorisant de nouveaux usages. Architectes et usagers témoignent ici de cette prise de conscience.
Ici on dit Caucri de Matthieu Simon
Ici on dit Caucri de Matthieu Simon

Ici on dit Caucri

de Matthieu Simon

2014 / France / 56’ / Image de lux
Caucriauville est une immense ZUP, presque une ville nouvelle, construite ex-nihilo en banlieue du Havre. Au travers de témoignages, de films de familles, de photographies intimes, le documentaire retrace l’histoire de ces premiers habitants. Ils arrivent des campagnes environnantes pour travailler dans la nouvelle usine Renault. Ils sont, aussi, pour beaucoup, des rapatriés d’Algérie. Le film raconte leur quotidien, leurs bonheurs, leurs souffrances. Il évoque aussi les paradis perdus de leur exode et de leur exil.
La Maison de l’homme de Jean-Marie Drot

La Maison de l’homme

de Jean-Marie Drot

1961 / France / 52’ / ORTF
Quelques-uns des hauts lieux de l’architecture contemporaine de Paris et de la région Ile-de-France présentés par leurs auteurs. Accompagnée d’un commentaire de Jean-Marie Drot, cette émission de la série télévisée "L’art et les hommes" dénonce les méfaits de la "misère architecturale" et montre la nécessité absolue d’une adéquation entre les constructions quelles qu’elles soient et les besoins de l’homme.
La vie ailleurs de David Teboul
La vie ailleurs de David Teboul

La vie ailleurs

de David Teboul

2007 / France / 64’ / Les Films d’ici, ARTE France
Le film se passe en banlieue parisienne et approche au plus près ses habitants et leur intimité. Témoignages, intérieurs et décors d’appartements mais aussi de pavillons se succèdent, sans indications géographiques, ni nominatives. Ni stigmatisation, ni étiquette. Là n’est pas le propos du film qui cherche à offrir des visages et des paroles, sortes de paysages intimes, à cet espace symbole de standardisation et d’anonymat.
Le déménagement de Catherine Réchard
Le déménagement de Catherine Réchard

Le déménagement

de Catherine Réchard

2011 / France / 54’ / Candela productions
À Rennes, comme dans d’autres villes françaises la maison d’arrêt, construite au début du XXe siècle, déserte le centre ville au profit d’un centre pénitentiaire de 690 places en périphérie. Alors que le déménagement approche, les personnes détenues et les personnels ont une seule et même question : que sera la vie dans cette nouvelle prison ? Dans les deux établissements, le film s’interroge avec les personnages, sur la façon dont l’architecture interfère dans le mode de fonctionnement d’une prison et le lien entre la modernisation des locaux et l’amélioration de la vie en détention. Au-delà de la prison, il questionne le postulat selon lequel, nouveauté et avancée technologique signifient nécessairement, mieux-être et progrès.
Maison des sens de Philippe Kimmerling

Maison des sens

de Philippe Kimmerling

1999 / France / 13’ / CNDP
Dans les années 1980 à Reims, l’agence BCDE a expérimenté un nouveau type de logement social : des pavillons dédiés aux sens. Dix ans après, deux architectes de l’agence, Anne Reychman et Laurent Debrix, retournent sur les lieux pour voir comment les habitants se sont approprié le concept initial. Visite en leur compagnie, pour une enquête drolatique, mais instructive, sur la réception d’un projet architectural.
Les Terrasses du Gaou Bénat : la terre des Maures de Christian Girier, Odile Jacquemin et Jean-Louis Pacitto

Les Terrasses du Gaou Bénat : la terre des Maures

de Christian Girier, Odile Jacquemin et Jean-Louis Pacitto

2001 / France / 21’ / MALTAE

Le Gaou Bénat, près du Lavandou, est une réalisation d’architectures qui a été menée par Jean Aubert et André Lefèvre au milieu des années 50. Comme le Domaine Volterra, près de Ramatuelle, réalisé par l’Atelier de Montrouge, ces œuvres ont en commun d’avoir été pensées en respectant la topographie et l’environnement paysager. Mais a-t-on vraiment su tirer les leçons de ces architectures reconnues et aujourd’hui encore appréciées par ceux qui les habitent ?

Ce film fait partie de la collection Habiter les pentes du littoral varois, le Domaine Volterra et le Gaou Bénat

Soudain la Grande Motte de Julien Donada
Soudain, la Grande Motte< de Julien Donada

Soudain, la Grande Motte

de Julien Donada

2008 / France / 22’ / Petit à petit production
Soudain, la Grande Motte est un portrait de la célèbre station balnéaire. Les images ont été tournées sous le soleil hivernal d’un mois de janvier, alors que la ville est déserte, le son a été enregistré l’été quand les rues et les plages sont bondées. Ils sont touristes, commerçants ou habitants de la Grande Motte, on ne verra jamais leur visage, on entend leurs voix qui se mêlent les unes aux autres pour raconter comment on habite cette ville, comment on la perçoit et qu’est ce qui fait qu’ici, ça ne ressemble à nulle part ailleurs...